Cinq conseils pour un better effect dans vos achats

Faites en la demande ! Cela profite aussi bien à vous qu’ à l’environnement. Avec un processus d’approvisionnement bien formulé, votre organisation contribue à une société plus durable. Vos employés obtiennent un bon environnement de travail et la réaction positive de la chaîne influe également sur autrui – et l’environnement. Cela consiste à voir le potentiel inhérent à toute chose – vous même, votre organisation et le monde qui vous entoure. C’est le début d’une réaction en chaîne.

1. QUELS SONT VOS OBJECTIFS LES PLUS IMPORTANTS ?

Commencez par définir les questions qui sont importantes pour vos propres efforts en matière de développement durable. Quels changements auraient le plus grand impact ? Il est difficile de passer de zéro à cent. Il est plus facile d’obtenir des résultats si vous choisissez de mettre l’accent sur quelques questions clés. Mieux vaut approfondir quelques questions spécifiques que vous comprenez vraiment. Veillez à demander des preuves documentées et un suivi. 

2. choisissez FSC®

Les forêts ont un rôle décisif à jouer si nous voulons atteindre l’objectif global de l’accord sur le climat et les objectifs de l’ONU en matière de développement durable. Exigez donc que votre bois brut provienne d’une forêt gérée de manière responsable. Le label FSC® est une certification émise par un tiers qui garantit que le bois brut a fait l’objet d’une inspection par un tiers indépendant. Demandez à vos fournisseurs de disposer d’un certificat de traçabilité FSC Chain of Custody, ce qui implique de disposer d’un système de traitement et de séparation des matières premières labellisées. Ce certificat de traçabilité ne signifie cependant pas que tout le bois utilisé a reçu le label FSC. Nous souhaitons donc encourager le choix actif des produits labellisés FSC. Vous pourrez alors avoir la certitude que tout le bois utilisé provient de forêts gérées de manière responsable.

3. Exigez une certaine responsabilité sociale dans votre chaîne de fournisseurs

Demandez à vos fournisseurs de fixer des exigences sociales au sein de leur propre chaîne de fournisseurs. Demandez-leur également de disposer d’un code de conduite à l’intention des fournisseurs. Assurez-vous que ce code soit basé sur des principes internationaux tels que le Pacte mondial de l’ONU et que des exigences relatives à l’environnement de travail soient incluses. Avoir un seul code de conduite ne suffit pas. Demandez également à vos fournisseurs de disposer d’un système d’évaluation régulière de leur chaîne de fournisseurs et de la soumettre à une évaluation des risques. Posez des questions et demandez des informations sur leurs méthodes de travail, l’évaluation des risques ou les résultats des audits. Nous accueillons toujours favorablement le suivi sur site des audits. Le label suédois Möbelfakta établit des exigences pour l’établissement de normes, l’évaluation des risques et le suivi de la responsabilité sociale dans la chaîne des fournisseurs. Il est donc toujours possible de prouver que le fournisseur travaille activement sur la responsabilité sociale.

4. Exigez des matériaux purs !

Nous sommes entourés par des masses de produits chimiques dangereux émis par divers produits. Mais comment savons-nous qu’une chose est dangereuse si elle est invisible ? L’histoire montre que nous ne sommes jamais assez prudents. Soyez clair quant au fait que les produits ne doivent pas contenir de matières ou de substances qui peuvent s’avérer nocives pour la santé de vos employés. En excluant les retardateurs de flamme, le formaldéhyde et les solvants, vous aurez un grand impact. Définissez vos exigences en matière de normes environnementales qui comprennent les exigences relatives au contenu chimique (Möbelfakta et NF Environnement).

5. Suivez les recommandations de l’Union Européenne

L’Union Européenne a mis au point un nouvel outil pour les marchés publics portant sur le mobilier de bureau. La proposition entrera en vigueur au cours de l’année 2016 et constituera un bon point de départ lorsque vous souhaiterez définir des exigences pour vos fournisseurs. Ce qui est intéressant, c’est que cette proposition inclut désormais des conseils pour la réparation et la réutilisation du mobilier existant, ainsi que pour l’achat de nouveau mobilier. Elle est si claire, en fait, que l’utilisateur, c’est-à-dire l’acheteur, est encouragé à envisager la réutilisation de son vieux mobilier avant de faire de nouveaux achats. Demandez donc à votre fournisseur de proposer un système pour organiser la réutilisation et la remise à neuf de son mobilier.